sabots dordogne

En Dordogne, l’aventure c’est l’aventure…

Après une semaine relax à Brive, je me suis mise en route pour la Dordogne, où mon troisième wwoofing m’attendait.

 

J’étais loin de me douter de la suite des évènements… Entre virages en épingle à cheveux, chasseur bourru et frelons asiatiques, j’allais pas être décue du voyage.

 

Va en Dordogne qu’ils disaient 😀

 

Le comité d’accueil

Après une heure de route qui m’a semblé en être 3 vu l’état des routes en Dordogne, j’arrive enfin à Sainte Nathalène, chaleur de malade. 

 

Le wwoofing se trouve dans un lieu reculé et vraiment très joli. Mes hôtes sont un couple qui gère une maison d’hôte et qui ont construit un très beau jardin potager.

 

Personne pour m’accueillir donc je fais le tour du jardin et c’est une vraie petite jungle.

 

Après une vingtaine de minutes, c’est Madame qui m’accueille. Immédiatement, je la sens distante et peu sympathique. Been there, done that already, non ? 😂

 

Je m’approche pour lui serrer la main et elle ferme sèchement la porte de la maison derrière elle genre, non tu ne rentre pas et m’emmène sans attendre faire le tour du propriétaire pour me montrer ma cabane. Okayyyy Jeanine…

 

Vu que c’est la deuxième fois que je suis accueilli de la sorte, je vais finir par croire que toutes les gonzesses qui gèrent des lieux avec leurs mecs ne sont, soit pas fan de mon look un peu hippie bronzée, soit ont peur pour leur couple et me voient comme une menace.

 

J’arrive devant une bien jolie cabane en bois au bord d’un étang. On rentre et là, je pense qu’il fait bien 40 degrés… Je lui dit que c’est une bien jolie cabane mais que je vais avoir besoin d’un ventilo (je me rappelle encore l’épisode de la caravane et je ne compte pas attendre une seconde de plus).

 

Elle me dit que je n’ai qu’à ouvrir la porte qui donne sur l’étang. Je pouffe littéralement de rire et je lui dis que je ne suis pas trop fan des gang bang de moustiques…

 

Ça commence mal mais encore une fois, je me dis, keep cool, ça va aller.

 

Elle me montre les toilettes sèches qui n’ont pas été nettoyées depuis… je ne sais pas et je ne veux pas savoir.

 

Ce sera surement une des tâches qui me sera proposée en plus de balayer autour de la piscine (véridique, elle a commencé par me demander de faire ça le lendemain). Je suis venue pour apprendre à planter des choux mais bon… Je respire tant bien que mal 🙂

 

Puis vient le tour de la douche solaire où, pour pouvoir te laver, tu dois grimper sur une échelle à 3 mètres de haut afin de remplir la cuve à eau… Ahahahah non mais c’est une putain de blague ?! 😂

 

Après avoir posé mes sacs tout en sachant que je n’allais pas faire long feu, je découvre que des frelons vivent au-dessus de ma jolie cabane sauna. Respire Mish, respire…

 

Welcome to the Jungle

 

Puis vient le tour du jardin avec Monsieur. Je lui explique que j’ai un peu peur des insectes, le mec me dit : si t’as peur des bêtes, faut pas venir à la campagne.

 

Si je ne faisais que ce qui ne me fait pas peur, je ne ferai pas grand chose… Sortir de sa zone de confort, ça te parle Jacky ? Je lui explique donc gentiment  que je travaille dessus.

 

Le jardin est un vrai petit bijou, il a fait pousser une véritable jungle alimentaire et florale. C’est trop beau et je suis ravie d’échanger avec lui sur les plantes médicinales, les légumes et son travail de manière générale.

 

Donc vient le temps des présentations et des questions sur qui je suis, ce que je fais et très rapidement, Monsieur me parle d’Israël (sur mon profil wwoofing, j’ai expliqué qui je suis, quelles sont mes différentes expériences et Israël en fait partie. Israël est un sujet épineux et je préfère que les gens sachent d’où je viens).

 

Cool ! Moi j’adore parler honnêtement d’Israël, de tout ce que j’aime mais aussi de ce qui ne me plait pas dans ce pays. Pas de langue de bois.

 

Sauf que je sens bien que Monsieur n’est pas fan du pays et des juifs de manière générale. A priori et idées préconçues sous couvert d’ouverture d’esprit sont ce à quoi je dois faire face alors que je viens juste d’arriver…

 

C’est ok, je suis là pour casser le mythe et faire preuve de ma légendaire ouverture d’esprit envers ceux qui n’ont pas la chance de voyager ou qui se posent des questions sur le peuple élu 😂 (moi la meuf qui ne fait partie d’aucune communauté…) 

 

Donc je réponds à toutes ses questions et je donne mon point de vue en tant que personne franco-israélienne et issue d’un mariage mixte judéo-chrétien, tout ça sans m’énerver.

 

Mais Monsieur n’est pas vraiment d’une bonne nature, il n’aime pas grand chose et peu de monde trouve grâce à ses yeux. À part peut-être, ses collègues chasseurs… (ceci explique surement cela).

 

Il a beaucoup de colère en lui et je le comprends, car moi aussi donc j’essaye de ne pas juger.

 

J’ai senti que ce couple avait envie de me tester et ce à différents niveaux, j’ai joué le jeu 24h mais je n’ai pas de temps à perdre.

 

Je ne fais pas de wwoofing pour régler le conflit israélo-palestinien et encore moins avec des gens qui me disent qu’ils ne mettront jamais les pieds dans ce pays (ça serait dommage d’aller sur place pour se faire sa propre opinion…).

 

Should I stay or Should I go ?

 

Bref, la journée et la soirée se passent et je sens que je ne suis pas à ma place pour tout un tas de raisons donc ce matin, aux aurores, je suis partie.

 

Je suis allé lui serrer la main en expliquant que je me suis sûrement trompée d’endroit et que les conditions sont trop roots pour moi donc qu’il valait mieux que je parte.

 

Sa réponse : Ah ! c’est sûr, t’es une fille de la ville et puis on peut pas vivre à la campagne quand on vient d’Israël… Okay, okay, le kibboutz, le désert… c’est sûr que c’est en pleine ville Jacky.

 

Ce qui est aussi vrai, c’est que petit à petit, je me rends compte que le wwoofing n’est peut-être pas fait pour moi car dans l’ensemble, les conditions de vie sont très sommaires et je ne le vis pas bien.

 

J’ai même envie de dire que bon nombre d’hôtes se foutent de la gueule du monde… En plus d’être relativement mal logée, les couples qui m’ont reçu jusqu’à maintenant, sont névrosés et peu sympathiques.

 

Je suis sûre que c’est loin d’être évident de bosser dans ce type de structure avec ton mec ou ta meuf avec qui tu partages tout ça depuis des lustres mais putain… réglez vos problèmes avant de vouloir embaucher de la main d’oeuvre gratuite.

 

Suis-je devenue chochotte car ça me fait chier de vivre avec un nid de frelons au-dessus de la tête ? Suis-je conne d’avoir le vertige quand il s’agit de devoir grimper à l’échelle pour remplir un bac à eau à 3m de haut pour pouvoir me doucher quand il fait 40 degrés ? Suis-je parano de penser que les femmes dont le mariage bat de l’aile et qui se sentent exploitées par leurs mecs en veulent aux woofeuses d’être si libres ?

 

Je ne sais pas, je continue l’enquête pour pouvoir vous le dire mais vous l’aurez compris, le wwoofing – so far, not so good for me 😅 Mais je ne désespère pas !

 

Je suis de passage à Beaulieu sur Dordogne, charmant petit village de Corrèze avant de rejoindre mes hôtes Allemands demain pour le prochain et certainement, dernier wwoofing de la saison.

 

Bisous les citadin.es 💛

 

Derniers posts

Categories

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *